Des centaines de poissons morts d’une embolie gazeuse au Québec

Vendredi 16 Août, 2019  09: 49  | Oecologi@



Le mystère concernant la mort des centaines de poissons dans la rivière du Lièvre et la rivière des Outaouais (au Québec), ces dernières semaines, est enfin élucidé. Les scientifiques ont conclu à une « sursaturation en gaz dissous » dans l’eau.


 Mort de poissons par embolie gazeuse dans la rivière des Outapuais
© Images : Budgme et BioBrwa de Pixabay | Montage : Oecologia


Les entreprises responsables de cet incident, ont reçu un blâme du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). « Aujourd'hui, nous sommes en mesure de soutenir que la cause de ces événements doit être imputée à la centrale hydroélectrique Masson, exploitée par Énergie de la Lièvre S.E.C. et par Services Énergies Brookfield inc. C'est pourquoi je juge impératif de transmettre un message clair à ses dirigeants à l'effet que leurs activités doivent absolument être réalisées dans le respect de l'environnement et, en l'occurrence, de la faune aquatique » , a déclaré le ministre Benoit Charrette.

Les deux compagnies auraient ainsi l'obligation d'exploiter la centrale hydroélectrique de manière à limiter les risques de sursaturation en gaz dissous dans l'eau rejetée dans la rivière du Lièvre, en plus d’assurer, en permanence, une étroite surveillance de la situation, précise un communiqué du ministère publié jeudi. Elles doivent en outre mesurer régulièrement le taux de sursaturation en gaz dissous en mettant en place des équipements spécialisés.


Encadré

La sursaturation en gaz dissous (SGD) est un état de l’eau observé lorsque les pressions partielles des gaz atmosphériques en solution dépassent les pressions partielles de ces gaz dans l’atmosphère.

Individuellement, les gaz atmosphériques dissous (l’oxygène, l’azote et les gaz à l’état de traces, comme l’argon et le dioxyde de carbone) peuvent souvent être en sursaturation dans l’eau sans entraîner d’effets néfastes sur les organismes aquatiques et marins.

Lorsque la somme des pressions partielles de tous les gaz dissous dépasse la pression atmosphérique, cependant, il peut se former des bulles de gaz dans l’eau et dans les organismes aquatiques qui y vivent. Ce phénomène provoque un trouble appelé embolie gazeuse.


Source
Le Conseil canadien des ministres de l'environnement - http://ceqg-rcqe.ccme.ca







N'hésitez pas à nous laisser un commentaire. Nous nous ferons un plaisir de vous lire ainsi que tous les internautes qui fréquentent oecologia.info.









Les archives Infos sont classées dans la rubrique "THÈMES" correspondante.