Environnement : l’Etat français attaqué en justice

Lundi 24 Décembre, 2018  08:06  |   Oecologi@
Mise à jour Vendredi 11 Janvier, 2019  09:15  



En France, quatre organisations de protection de l’environnement poursuivent l’État en justice pour non respect de ses engagements climatiques. L’objectif de cette initiative est d’obliger l’État d’agir pour limiter le réchauffement global à 1,5°C.

La Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France, demandent à l’État français de réduire sa dépendance aux énergies fossiles, d’accélérer la transition vers une économie verte et d’assurer plus de justice sociale.





Un mois après son lancement, la pétition a permis d’atteindre l’objectif visé par ses initiateurs de deux millions de soutiens. « Cette mobilisation traduit la préoccupation croissante des citoyennes et des citoyens sur les questions climatiques et environnementales, alors que l’urgence est manifeste et que les impacts sont déjà visibles en France et dans le monde», souligne Greenpeace France dans un communiqué. Le dépôt du recours en plein contentieux devant le tribunal administratif de Paris est prévu en mars 2019.


Julette Binoche - Comédienne Guillaume Meurice - Humoriste Sam de Shaka Ponk

Plusieurs célébrités se sont jointes à cette démarche baptisée « L’Affaire du Siècle », dont la comédienne Juliette Binoche, le rappeur Abd al Malik, le groupe Shaka Ponk, les humoristes Guillaume Meurice et Akim Omiri, l’actrice Lénie Chérino et bien d’autres.


Abd Al Malik - Rappeur Lénie Chérino - Actrice Akim Omiri - Humoriste

Photos : Capture d'écran  |  Montage : Oecologi@

Des initiatives similaires à travers le monde ont porté fruits, notamment en 2015 avec l’Affaire Urgenda aux Pays-Bas. Les requérants demandaient entre autres le rehaussement des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 17 à 25% à horizon 2020 par rapport à l’année 1990.

Au Pakistan à la même année 2015, la cour d’appel a donné raison à Ashgar Leghari, un agriculteur qui avait porté plainte contre son gouvernement pour ne pas avoir appliqué la Politique nationale relative au changement climatique de 2012 et le Cadre de mise en œuvre de la politique relative au changement climatique (2014-2030).

En 2018, la justice colombienne a approuvé les demandes de l’association DeJusticia et de quelques citoyens qui exigeaient la protection de l’Amazonie