Lewis Pugh/la Manche : 50 jours de nage pour protéger les océans

Lundi 23 Juillet, 2018  06:41  |   Oecologi@



Le nageur d'endurance Britannique, Lewis Pugh, se lance un nouveau défi. Il a entamé, le 12 juillet 2018, sa plus longue nage dans les eaux de la Manche séparant la Grande Bretagne de la France. Son objectif : inciter les gouvernements du monde à plus d’actions pour protéger les aires marines. Il compte traverser les 560 km de Cornwall à Dover en 50 jours. Il prévoit nager cinq heures par jour, en moyenne 10 à 20 km, sans aucun équipement. Il vient de terminer son premier 100 km.


Lewis Pugh
Lewis Pugh - Capture d'écran

Pugh, s’indigne du fait que sur les 750 000 km² d’eau qui entourent le Royaume uni, 7 km² seulement sont protégés.

Les scientifiques recommandent qu’au moins 30% des océans soient totalement protégés d’ici à 2030. Pour ce faire, Pugh suggère d’interdire la pêche, le passage de pétroliers ou encore le forage dans certaines zones pour que la nature et les écosystèmes puissent se régénérer.

Le nageur a lancé un appel à tous ceux qui veulent le soutenir dans son action. L'Argentin Matias Ola et l'Anglaise Jackie Cobell, connus pour leur traversée commune du détroit des Malouines en 2015, l’ont rejoint dans cette aventure à son huitième jour le 20 juillet.


Lewis Pugh , Matias Ola, Jackie Cobell.jpg
Lewis Pugh, Jackie Cobell et Matias Ola - © Photos : Lewis Pugh Twitter account

Pugh est le premier à avoir traverser le Pôle Nord, en 2007, pour sensibiliser sur les danger de la fonte de la banquise arctique. En 2010, il a traversé à la nage un lac glaciaire sur le Mont Everest pour attirer l’attention sur la fonte des glaciers dans l’Himalaya et sur l’impact que pourrait avoir la baisse de l’approvisionnement en eau sur la paix dans la région.




Pour leur part, Matias Ola et Jackie Cobell ont traversé à la nage, en 2015, les 5 km du détroit des Malouines, qui sépare les deux îles principales de l'archipel des Falkland (la Grande Malouine et la Malouine orientale). C’est un territoire britannique d'outre-mer revendiqué par l'Argentine. Jackie Cobell, avait alors 60 ans. Ils voulaient transmettre un message de paix à leurs gouvernements respectifs pour que cessent les hostilités.